Pirelli présente son rapport annuel en Street Art

L’automobile et la mode, l’automobile et l’art, des mélanges d’univers que j’adore ! Tout se rejoint finalement alors pourquoi ne pas utiliser, mixer, fondre ces univers les uns dans les autres. Pirelli communique sur son bilan annuel de manière originale et pour celui de 2014, la firme a fait appel à 3 artistes de la rue ! Des noms célèbres dans le monde du Street Art et même si l’on ne les connait pas toujours, on se souvient souvent de leur travail. Le russe Alexey Luka et ses fresques très graphiques et colorées, l’allemand Dome (Christian Krämer) et ses surréalistes figures humaines à la tête animale, ou encore la brésilienne Marina Zumi et sa nature colorée et exacerbée. 3 univers différents qui se sont rassemblés pour peindre les 3 faces d’une gigantesque pyramide au sommet plat, grande de 5 mètres, dont les 3 cotés peints mesurent plus de vingt mètres. 3 artistes qui sont passés de la rue au Hangar Bicocca, l’espace d’exposition du groupe Pirelli situé à Milan !

pirelli, street art, dome, la carista, Alexey Luka, Marina Zumi

Créant cette triple fresque pour Pirelli, ils se sont évidemment inspiré du pneumatique et notamment de sa forme et son utilité dans leurs œuvres. Pour Marina Zumi, la rondeur du pneu represente le cycle de la vie, elle le représente comme une forme qui ne cesse de tourner en étant connectée avec ce qui l’entoure, ici un renne paisible. Alexey Luka utilise le street art pour parcourir et découvrir des coins cachés et oubliés des villes, il représente le pneu Pirelli dans sa forme qui est typiquement urbaine, au milieu de ses paysages abandonnés. Chez Dome, le pneu s’inscrit parfaitement autour de ses personnages surréalistes, il est la roue du chariot.

pirelli, street art, dome, la carista, Alexey Luka, Marina Zumi pirelli, street art, dome, la carista, Alexey Luka, Marina Zumi

« Le street art est souvent décrit comme la nouvelle avant-garde », explique Christian Omodeo, expert de terrain et créateur artistique. « Il apparaît comme un mouvement artistique de cohésion et l’expression d’une jeune culture internationale unique. Dans les faits actuels, ce qui fait que le street art est si révolutionnaire, c’est qu’il forme une communauté multiculturelle impliquée dans une interaction constante et quotidienne, grâce au web, entre différentes visions du monde. Les artistes de rue ne se préoccupent pas d’une norme artistique mondiale mais adaptent leur langage artistique au contexte géographique, culturel et social dans la ville dans laquelle ils vivent. Ils n’ont pas un lien conventionnel avec leur espace urbain. Ils vont au-delà des limites imposées par le sentiment commun, ils explorent les espaces oubliés de leur ville et inconsciemment, ramènent à la vie ces non-places, qui, comme le dit le français Marc Augé, ont tendance à rendre la vie contemporaine aliénante. Ce dynamisme, cette énergie et la capacité de ramener les choses à la vie en dessinant un potentiel que la plupart des gens ne parviennent pas à remarquer, c’est quelque chose de clairement visible dans les compétences narratives de Pirelli, ainsi que dans son approche de l’industrie. »

Après les étudiants en photographie du NABA de Milan en 2010, l’illustrateur Stephan Glerum, le philosophe Hans Magnus Enzensberger et les écrivains Guillermo Martinez, William Least Heat-Moon, Javier Cercas en 2011, Liza Donnelly (dessinatrice pour le New Yorker) en 2012, et dix jeunes talents internationaux, coordonnés par l’écrivain et scénariste Hanif Kureishi en 2013, Pirelli continue dans sa lancée de présenter son produit par le biais de voix artistiques, dans plusieurs domaines différents et enrichissants ! C’est tout à l’honneur de l’image de la marque qui est innovante et toujours à la pointe ! Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>